Toutes les news

02 /02
Rocket League

LES ROCKET LEAGUE CHAMPIONS À LEIPZIG

Le PSG eSports a remporté la DreamHack Open Leipzig ce weekend après une finale de folie qui opposait le club de la capitale à G2 Esports.

  Le weekend a débuté en douceur pour Thibault ‘Chausette’ Grzesiak, Victor ‘Ferra’ Francal et Dan ‘Bluey’ Bluett qui effectuaient leur rentrée après la trêve hivernale et trépignaient d’impatience à l’idée de reprendre la compétition. Un premier rendez-vous majeur avec les meilleures équipes du monde pour se préparer avant la reprise du championnat. Après les retrouvailles, l'entrée en compétition s'est faite très tranquillement pour les Parisiens avec un unique match lors du tour préliminaire contre Veritas (2-0).   Ce n'est qu'à partir du lendemain que le Paris-Saint Germain eSports a pu faire ses premiers tours de roues contre Ghost Gaming (3-2) puis eQuinox (3-0). Qualifiés en phase finale suite à ces deux matchs, les coéquipiers de Victor ‘Ferra’ Francal auraient pu se faire surprendre par FlipSid3 Tactics dimanche. Rapidement mis dos au mur, les Parisiens sont néanmoins restés sereins : « On a un peu été surpris par leur niveau de jeu au début mais, on savait ce qu'on avait mal fait sur les deux premières games. C'était compliqué de marquer car kuxir est l'un des meilleurs défenseurs du monde et toute leur équipe nous empêchait de construire dès qu'on tentait quelque chose vers l'avant. On a quand même su renverser la vapeur. »   En remportant les trois dernières games, les joueurs du PSG eSports ont décroché leur billet pour les demi face à Guess Who, l'ancien roster Mock-It eSports, un habitué des grands rendez-vous. Ils ont du faire face à une situation diamétralement opposée en s'adjugeant les deux premières games puis en se laissant rattraper par la suite, mais encore une fois, la sérénité était de mise côté bleu et rouge selon Victor ‘Ferra’ Francal : « Leur comeback était lié à notre manque d'efficacité devant le but. On dominait la plupart des games et on avait pas de difficulté à se créer des occasions. On est restés calmes, même à 2-2 on savait que si ils continuaient à jouer comme ça on gagnerait. ».   Ça y est, après plusieurs mois de compétition sous le maillot du PSG eSports, le trident s’offrait sa première finale face à un adversaire de choix : G2 Esports, l’équipe qui les avait éliminé des finales mondiales RLCS à Washington en novembre. L’appréhension était donc de mise côté Parisien : «  Ils ont prouvé qu'ils étaient l’une des meilleurs équipes actuellement aux RLCS et en ELEAGUE. On était concentrés, on savait qu'ils savaient step up en LAN, mais on était conscient de notre niveau: si on continuait à jouer comme on l'avait fait tout le week end, on avait de grandes chances de gagner. »   Cette chance, l’équipe l’a exploitée à fond mais G2 a rendu coup pour coup dans le Best-of-7 et a finalement pris l’avantage 3-2 . Dos au mur, mais loin d’être tétanisé, le PSG eSports a montré du caractère grâce à un Thibault ‘Chausette’ Grzesiak métamorphosé qui a pris à ce moment des allures de véritable lead-in-game. Au mental, les joueurs ont infligé un 7-1 aux coéquipiers de Cameron ‘Kronovi’ Bills sur Wasteland pour arracher une dernière game.   Il a fallu aller en prolongations pour départager les deux équipes et c’est Victor ‘Ferra’ Francal qui, à la 39e seconde, a poussé la balle sous la barre de G2 pour donner la victoire au PSG eSports : « On a concédé une occasion assez dangereuse, et sur notre dégagement on a réussi à contre attaquer très rapidement. Chausette a tiré très fort sur la barre, j'ai immédiatement vu que Kronovi ne pourrait pas la toucher, je n'avais plus qu'à cadrer mon tir. A ce moment là, j'étais soulagé, après une telle finale ça aurait été très dur de perdre si proche du but. On a prouvé que l’on pouvait corriger ce qui nous faisait défaut et qu'on pouvait devenir l'une des meilleures équipes du monde. »   Très performants depuis leur arrivée sous le maillot du club de la capitale, les joueurs du PSG Rocket League voient leurs efforts et leur travail payer. Pour le britannique  Dan ‘Bluey’ Bluett, ce titre a une saveur encore plus particulière : « Ma mère était dans le public pour nous supporter. Ça m’a donné beaucoup de confiance. Je crois que je vais l’amener plus souvent ! » confie-t-il le sourire aux lèvres. Que rêver de mieux qu’un titre en tournoi majeur pour entamer l’année 2018 ?   Félicitations à Thibault ‘Chausette’ Grzesiak, Victor ‘Ferra’ Francal et Dan ‘Bluey’ Bluett qui viennent garnir l’armoire à trophée avec une première coupe. Prochaine étape pour les Rocket League : les qualifications RL Championship Series  en février. Allez Paris !